A pied, à cheval, à vélo, nous vous invitons à découvrir notre petite cité inscrite au coeur de la vallée de l'Oust.

Vous pouvez nous aider à enrichir la  connaissance de notre patrimoine naturel et historique par vos témoignages, photos… merci de nous contacter en mairie.

Patrimoine Historique

La Chapelle Notre Dame de Bonne Encontre (datant de 1510)

Classée Monument Historique en 1922, la Chapelle placée sous la protection de Notre Dame de Bonne Encontre est le fleuron architectural de la commune de Rohan.
Edifiée par Jean II de Rohan pour remplacer l’ancienne chapelle du premier château de 1104, elle conserve une inscription de sa fondation gravée sur une pierre de la façade sud.
De l’extérieur de l’édifice se dégage une impression de solidité due aux murs renforcés de contreforts.

L’intérieur mérite le coup d’œil de par sa voûte, appuyée sur des croisées d’ogives pénétrant dans des colonnes engagées, mais aussi par sa charpente qui donne l’illusion d’une carène de navire.
Les clefs de voûte sont ornées des armoiries de Rohan.
La sainte patronne des lieux est présente ici sous la forme d’une Vierge à l’Enfant.
On remarque également le blason des Rohan, composé de six macles, mi parti de Rohan, et de deux hermines, mi parti de Bretagne, rappelant l’union de Jean II de Rohan avec Marie de Bretagne, fille de François 1er Duc de Bretagne.

La rénovation de cette chapelle se poursuit. Après les extérieurs réalisés en 1998 et 2008, la chapelle a retrouvé un ensemble de vitraux neufs depuis le printemps 2009. La réfection intérieure restera à faire....

Le canal de Nantes à Brest

La réalisation du Canal de Nantes à Brest a permis de conforter l'activité commerciale traditionnelle et a fait de Rohan un port très actif dans le transport de divers matériaux et denrées :
épicerie, pommes de terre, ardoises, chaux, charbon, fer, fonte...
On trouve encore des témoins de cette activité : le quai Notre-Dame, le grenier à blé du Pont d'Oust, ou bien encore les quais et entrepôts de Saint-Samson.

C'est en 1804 sous l'Empire que les travaux de construction de ce canal commençent pour des raisons stratégiques, avec la reprise des hostilités avec l'Angleterre et le Blocus continental.
Travaux titanesques : jonction entre quatre bassins fluviaux (Loire, Vilaine, Blavet, Aulne), huit rivières (Erdre, Isac, Oust, Blavet, Kergoat, Doré, Hyères et Aulne), trois biefs de partage des eaux (Bout-de-bois, Hilvern, Tranchée de Glomel) et 236 écluses pour un parcours de 360 km... Prisonniers de guerre espagnols, soldats déserteurs et bagnards de Brest, paysans, femmes et enfants vont s'échiner des années durant dans ces travaux.
Le Canal de Nantes à Brest est livré dans son intégralité à la navigation en 1842.
A ce jour, relier Nantes à Brest n'est plus possible depuis la construction du barrage de Guerlédan en 1932.

Patrimoine Traditionnel

La Halle aux grains

Dans la première moitié du 20ème siècle, une véritable vague destructrice a conduit à la disparition de la quasi-totalité des halles en bois.
Seules subsistent aujourd'hui en Bretagne historique celles de Plouescat, Le Faouët, Questembert et Clisson. Le sauvetage de la halle aux grains de Rohan (dernier quart du 17ème siècle.) fera de celle-ci l'un des 5 derniers témoins de ces "vaisseaux de bois", magnifiques ouvrages de charpenterie.

Deux halles pour une cité
Riche de 900 ans d'histoire, fondée en 1127 par l'une des plus puissantes familles de Bretagne qui en prendra le nom, Rohan, petite cité morbihannaise inscrite au coeur de la vallée d'Oust, possédait deux halles édifiées au cours du 15ème siècle par Jean II Vicomte de Rohan :

  • Celle dite aux étoffes, bâtie entre 1450 - 1460, déposée en 1911 et aujourd'hui détruite,
  • Celle dite aux grains, bâtie entre 1682 et 1700.

Ces halles ont joué un rôle économique important au niveau du commerce alimentaire de la région, notamment pour les grains, beurre, farines, œufs, animaux...

Patrimoine déraciné et oublié de tous, elle a pu être sauvée après une restauration importante, grâce à la clairvoyance et la ténacité de l’association Idée Halles qui portait ce projet en elle depuis 1994.

Aujourd’hui, depuis octobre 2007, elle se dresse à nouveau fièrement au cœur de Rohan grâce à la mobilisation de nombreux partenaires, tant institutionnels que privés.

La halle aux grains, édifice emblématique de l’histoire de la commune, offre à nouveau un cadre exceptionnel et convivial à un marché hebdomadaire dédié aux produits du terroir qui se tient tous les dimanches matins.

Caractéristiques :

Halle ouverte à deux croupes
Un seul vaisseau de 8 travées
Charpente en chêne
Longueur 24 m, largeur 8 m, surface 194 m2
Hauteur au faîtage 6.76


Les églises et chapelles

L'église de Saint-Gobrien (fin du XIX ème siècle)

Dédiée à Saint-Gobrien, l’église paroissiale de Rohan date de la fin du 19ème siècle. Il s'agit d'un édifice moderne, de style gothique, construit en 1897 pour remplacer l'ancienne chapelle Saint-Gobrien devenue église paroissiale en 1653, maintes fois restaurée et agrandie et finalement démolie.
L'église actuelle est bénite et ouverte au culte le 29 avril 1897.
Le portique est surmonté d'un tympan sculpté.
Le choeur est éclairé par deux verrières, dont l'une représente
Saint-Gobrien (oeuvre signée M. Lorin, Chartres, 1912). Les vitraux du transept et de la nef sont de G. Merhlin, Angers, 1914. Le maître-autel en bois sculpté de style ogival est un don des moines de l’Abbaye voisine de Timadeuc.

L'église de Saint-Samson (XV ème siècle)

Reconstruite en 1904 sur les bases de l’ancienne église paroissiale du 15ème siècle, l’église de Saint-Samson conserve de cette époque des fonds baptismaux octogonaux.
En pierre de taille, c’est un édifice très élancé qui abrite notamment une statue en bois polychrome de Saint-Isidore, patron des agriculteurs.

L'église de Saint-Gouvry (XVI ème siècle)

Reconstruite au XVII ème siècle, et restaurée en 1968, de l'église primitive, il ne subsiste que la baie du chevet et son vitrail.
Le vitrail de la verrière du chœur date du XVI ème siècle. En forme de fleur de lys (symbole du rattachement de la Bretagne à La France), il met en scène les personnages de la Crucifixion, et porte les armoiries de Bretagne, des Rohan et des familles Le Moyne de Talhouët, Bréhaut et Clisson d'Arradon. Une cloche en bronze date de 1756. La table de communion et la chaire à prêcher datent du XIXème siècle.
A noter aussi une tête reliquaire de Saint-Gouvry en bois peint et datée du XVIIème siècle.

La chapelle Saint-Martin (XIIème siècle)

Chapelle située au cimetière de Rohan et édifiée par les moines de l'abbaye de Marmoutier en 1127 à l'initiative d'Alain de Rohan. Il s'agit d'une dépendance d'un ancien prieuré de Saint-Martin de Josselin.
En 1330, placée sous le double vocable de saint Martin et de Notre-Dame de Bon Secours, elle devient église paroissiale de Rohan et le restera jusqu'en 1653.
Rebâtie vers 1646, elle est vendue comme bien national en 1791 et à nouveau reconstruite en 1812 avec les pierres de l'ancien château de Rohan. Elle est bénite le 17 mai 1814. Le clocheton date de 1812. Le retable en bois peint date du XVIIIème siècle et abrite plusieurs statues, comme la statue du Christ en croix en bois polychrome du XIXème siècle, et les statues de Saint Michel, Saint Martin, Notre-Dame de Bon Secours, un Ecce Homo ainsi qu'une Vierge à l'Enfant.
La verrière, représentant les habitants de Rohan priant la Vierge, est une donation de l'abbé Mathurin Ropert en 1909. Elle abrite des peintures du XVIIIème siècle, dont une "Lamentation du Christ", du peintre Dupont Pinsci.

La chapelle Saint-Martin a fait peau neuve avec la restauration complète de la toiture et des murs au cours de l'année 2007-2008 sous maîtrise d'ouvrage de Pontivy Communauté. La réfection du mur du choeur et du retable est achevée depuis 2017.


Les Manoirs

Le manoir de Brangolo (1647)

Comme l’indique une pierre sur sa façade, ce manoir d’aspect rustique date de 1647.

 

 

Il garde cependant un certain caractère grâce aux huisseries ornées de blasons et aux motifs sculptés sur les pierres d’encadrement.


Le manoir de Quengo (XVIème siècle)

Manoir situé à Saint-Samson, et propriété de la famille Quengo, puis de la famille Henry au XVIème siècle (vers 1513, à la suite d'une union avec Marguerite du Quengo).

Les armoiries du Quengo "de gueule à trois épées d'argent" sont celles d'Henry du Quengo. Les lucarnes sont sculptées. Cette seigneurie a été liée à l’histoire de Bretagne par l’intermédiaire notamment d’Olivier Henry du Quengo, compagnon de Duguesclin.

De 1674 à 1788, les membres de la famille du Quengo sont inhumés à la Chapelle Notre Dame de Bonne Encontre. Le manoir a été utilisé comme école et maison d’enfants et transformé à ce jour en chambres d'hôtes et gîtes.

Petit Patrimoine

Le calvaire et la Fontaine de Saint-Gouvry (1878) 

Edifié au cours d’une fête locale, le calvaire prend le même nom que la fontaine toute proche.
L'ensemble est orné de deux statues représentant Saint-Gouvry et Saint-Eutrope, invoqués pour avoir de la pluie ou pour la guérison d’un malade.
A noter que les statues ont été réalisées dans la Meuse par l’atelier artistique de Vaucouleurs en 1903 par les frères Cabigo.

Le moulin de Saint-Samson

Ce moulin est situé sur un bras de l’Oust et à proximité du Canal de Nantes à Brest. Transformé en résidence secondaire, il possède deux tournants en état de marche, l’un du côté de Saint-Samson et l’autre du côté de Saint-Gouvry, ce qui permettait autrefois à chaque commune de percevoir les taxes collectées par le meunier.

La Fontaine de Notre-Dame-de-Bon-Secours

En pierre de taille, cette fontaine édifiée entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècle, située rue du cimetière, abrite dans une petite niche une statuette de Notre Dame de Bon Secours.